Open Glenan 2022 : Interview de Martin Vigot & Bertrand Bouilhol

Open Glenan 2022 : Interview de Martin Vigot & Bertrand Bouilhol

Interview exclusive sur l'Open Glénan 202. Plongez dans les coulisses de cette compétition de pêche prestigieuse et découvrez les stratégies gagnantes des participants.

Interview Bertrand Bouilhol

Salut l'équipe, tout d'abord félicitations pour votre 3e place sur cet Open des Glénan 2022!

Pouvez-vous présenter votre équipage en quelques mots ?

Merci !
J'ai 40 ans, je suis passionné de pêche depuis que j'ai 8 ans et plus particulièrement par la pêche au bar aux leurres depuis une vingtaine d'années. Mon fils Charles a 11 ans, il a commencé à pêcher avec moi à 5 ans, il est autonome depuis 3 ans, il maîtrise la pêche du bar en linéaire à gratter et aux leurres de surface et le lieu en verticale. Nous habitons à côté de Brest, nous pêchons toute l'année en rade de Brest, à Ouessant et en mer d'Iroise et l'été aux Glenan. Notre bateau est un Searib's 670 nous l'avons reçu 3 jours avant l'Open ! Merci MMG !

Bertrand B.

Qui a décidé de s'inscrire à l'open des Glénan, vous ou lui ? Et pourquoi cette compétition en particulier ?

C'est moi qui ai décidé de nous inscrire à l'Open sans lui en parler. Je n'y avais jamais participé, mais pour un passionné de pêche au bar, c'est une épreuve mythique ! Depuis 4 ans, nous passons nos vacances d'été à Trevignon, le matin, c'est pêche aux Glénan et l'après-midi plage ! On commence à connaître la zone et je pensais que Charles avait maintenant le niveau et la motivation pour 2 jours de pêche non-stop. J'avais vraiment envie de partager ce moment avec lui. J'ai envoyé mon dossier complet le jour de l'ouverture des inscriptions, quand la liste des équipes inscrites a été publiée, je lui ai annoncé qu'on allait participer à l'Open, il était fou de joie !

Bertrand B.

Quelle a été la stratégie lors du week-end ?

Ma stratégie était de pêcher des grosses têtes de roches en traction à l'extérieur des iles. Arrivés sur le premier spot, Charles ne tenait pas debout sur le bateau, il n'a pas réussi à attraper sa canne ! Il y avait plus de 2 mètres de houle et 25 nœuds de vent ! Tant pis pour la stratégie, nous étions là avant tout pour passer un bon moment ensemble, j'ai proposé à Charles une solution de repli dans la chambre pour être abrités, même si les chances de faire des beaux poissons étaient moindre. Nous avons pêché des bordures et des zone de sable et herbiers dans moins de 2 mètres d'eau.

Bertrand B.

Vous avez partagé sur la Rodhouse Fanzone, votre fagot Open des Glénan composé à 100 % de NFC, pourquoi cette marque en particulier ?

J'adore ces blanks, je sais exactement ce que fait mon leurre quand je pêche avec, l'action assez ronde en combat permet de décrocher très peu de poisson et la réserve de puissance par rapport au poids du blank est dingue ! Quand je cherche un blank à monter je regarde exclusivement chez NFC pour l'instant, je n'ai jamais été déçu. Je n'ai pas encore testé ma RPK72 mais je ne suis pas inquiet !

Bertrand B.

Avec quelle association de canne / leurre / animation avez vous péché ? Et quel a été le combo ultime ?

Première et seule dérive à l'extérieur des îles : NFC 807HM avec un madshad 130 en traction. Dans la chambre : Je pêchais avec une 733XRay. Charles inaugurait sa 705HM. Il a adoré sa nouvelle canne, difficile de décrire la sensibilité du blank à 11 ans, mais il ressent bien comment travaille son leurre et il a apprécié la réserve de puissance du blank qui lui a permis de mieux maîtriser le combat qu'avec sa précédente canne du commerce. On a essayé plusieurs leurres : one up, dark sleeper, xlayer, on a même sorti les asturies pour essayer, on a eu quelques attaques et suivis, mais pas de poisson en surface. On ne veut pas donner le modèle précis, mais on a fait 80 % de nos poissons avec un leurre Fiiish coloris naturel TP moins de 10 g.

Bertrand B.

À quoi penses t'on quand ont fini sur le podium d'une telle compétition avec son fils ?

On ressent une grande émotion, et une grande fierté. Pas évident de parler au micro tellement j'étais ému. Charles lui était beaucoup plus à l'aise ! J'avais préparé Charles en lui expliquant que c'était notre première participation, que le niveau était très élevé et que notre objectif était uniquement de marquer des points, ma crainte était qu'on ne fasse pas de poisson maillé et qu'il se décourage. À la fin de la première manche nous finissons 8e et on s'aperçoit que beaucoup d'équipes n'ont pas leur quota… Samedi soir Charles est appelé au micro, car il est le plus jeune compétiteur, il est hyper motivé pour le lendemain ! Dimanche matin, l'objectif est de réussir à refaire notre quota et de se maintenir dans le top 10, la pêche a été plus difficile pour tout le monde, mais nous mesurons notre cinquième poisson maillé à 13 h, grande joie partagée à bord, objectif atteint ! Lors de la remise des prix, on savait qu'on allait gagner quelques places par rapport à la première manche, mais on a commencé à se poser des questions à l'annonce des 6ème et 5ème, puis l'équipe Ultimate Fishing a été appelée pour la 4e place. On avait compris... Énorme !!!

Bertrand B.

C'est quoi la suite, 1er sur l'open l'année prochaine ? Des projets rodbuilding en commun ?

L'année prochaine, on refait l'Open, c'est certain ! On a prévu de prospecter les extérieurs des îles cet été en pêchant profond en traction. On a tiré avantage du mauvais temps et de la réduction de la zone de pêche cette année, mais on sait qu'en temps normal les meilleurs scores ne se font pas dans la chambre... Nous y retournerons en toute humilité sans viser un podium, mais avant tout pour prendre du plaisir ensemble. Charles n'a pas encore le virus du rodbuilding. J’ai terminé ma RPK72, j’ai hâte de la tester ! J’ai un 722 statement à monter avant les vacances et le petit frère de Charles qui a 8 ans me réclame déjà une canne home made… Ça ne s’arrête jamais !!!

Bertrand B.

Interview Martin Vigot

Salut l'équipe, tout d'abord félicitations pour votre 13e place sur cette Open des Glénan 2022!

Pouvez-vous présenter votre équipage en quelques mots ? (age, bateau, localisation, expérience)

Salut ! Nous sommes deux frères, de 12 et 20 ans, habitués de la zone puisque nous habitons Concarneau. On a concouru cette année sur notre petit semi-rigide familial, un Bombard 550/ 60cv Yamaha, avec de l'électronique assez rudimentaire (gps/sondeur d'ancienne génération, noir et blanc). On s'est mis tous les deux à la pêche très tôt par le biais de notre père, et en gros, depuis nos 4 ans, on n'a jamais lâché une canne ! Étant du Sud Finistère, on pêche les Glénan assez régulièrement maintenant, et ce, depuis 3/4 ans, lieu et bar principalement. Pour ce qui est de la pêche dans l'archipel, on aime beaucoup pêcher dans peu d'eau, à "l'instinct", et c'est souvent à la vue qu'on repère nos spots (veines de courant, changement de nature de fond, ...). Les eaux claires des Glénan sont géniales pour ça !!

Martin V.

Qui a décidé de s'inscrire à l'open des Glénan, toi ou ton frère ? Et pourquoi cette compétition en particulier ?

C'est moi qui ai décidé de nous y inscrire cette année. Je ne savais pas choisir avec qui le faire : mon père, mon petit frère ou un pote. Comme la pêche, c'est assez familial chez nous, j'ai trouvé ça cool de le faire avec mon frère. Ça donne du challenge en plus et c'est génial de pouvoir montrer qu'on peut se débrouiller malgré notre jeune âge. C'était notre première compétition, et commencer par l'Open des Glénan était assez logique. C'est la zone que l'on connaît le mieux, là où on se sent le plus en confiance, et la logistique est super simple, on est à domicile !

Martin V.

Quelle a été votre stratégie lors du week-end ?

Quelques jours avant, on s'était mis dans la tête que l'on pêcherait la Chambre, c'est-à-dire la zone calme et peu profonde à l'intérieur des îles. On a peu eu le temps d'aller à la pêche en ce début de saison, mais juste de quoi faire un préfishing en coup du soir, la semaine avant l'événement, où l'on a été assez méthodique pour ne pas perdre de temps. On a procédé sous la forme de "touch and go" : quelques lancers sur des zones précises, et à chaque touche ou poisson, on changeait de spot, pour en valider un autre, etc. On a ainsi validé 5 ou 6 zones assez prometteuses à exploiter le week-end de l'Open. On savait bien que cette stratégie de pêche assez fine dans peu d'eau pouvait rapporter beaucoup de poissons, mais que les maillés se feraient rares ! Le vendredi, on a bien vu que notre option serait la bonne puisque dans tous les cas, nous n'aurions pas pu nous aventurer dans la houle de l'extérieur de l'archipel prévue pour le week-end.

Martin V.

Quels blanks avez-vous utilisé et pour quel type de pêche?

Le samedi, les conditions étaient fortes avec beaucoup de vent et de houle. Pour garder en permanence contact avec son leurre, il a fallu pêcher en linéaire, plus lourd qu'habituellement. Nous avons pris tous nos poissons avec un NFC MB805 HM pour moi, et un Rodbuilders Republic Statement 766 pour mon frère, au crazy paddle tail 150 et 20 gr de tp, et 10 gr dans les zones plus shallow (-3 m). Ces deux blanks ont toutes les qualités nécessaires pour ces pêches-là : on voulait lancer loin pour prospecter large, avoir de la résonance pour détecter les touches à la descente malgré une grosse bannière dûe au vent, et surtout de la légèreté, parce qu'une journée de pêche non-stop ça fatigue, surtout à 12 ans ! Le dimanche, les conditions plus raisonnables nous ont permis de pratiquer plus en finesse comme on a l'habitude sur le secteur. On s'est divisé la pêche, moi, je pêchais à la volée au xlayer avec 7 gr, sur mon Statement 724. Je le trouve super pour ça, son action permet de faire voler les slugs en étant assez directif, et on prend de sacrées touches à la descente ! Maël a continué en linéaire, mais cette fois plus light, au crazy paddle tail 120, en 7 ou 15 gr de tp selon les coins, sur le MB 805HM.

Martin V.

Qu'est-ce que le rodbuilding vous a apporté lors de cette compétition ?

J'ai commencé à monter mes cannes à 16 ans, plus jeune que la plupart des rodbuilders, je ne suis donc jamais vraiment passé par la case "canne haut de gamme du commerce" avant de me lancer dans le Home Made. En montant mes cannes, je progresse dans ma pêche en comprenant ce que mes outils me permettent de faire. C'est assez similaire avec mon frère. Lui expliquer que la plupart des touches interviennent à la descente n'est utile que si sa canne lui permet de les détecter, et maintenant qu'il le sait et qu'il l'a ressenti, il ne lance jamais sans faire attention à sa bannière... Plus concrètement sur ce week-end, on a trouvé les poissons le samedi sur les derniers mètres avant une roche découvrante, vers laquelle la dérive nous poussait. Nos blanks, montés avec des réductions d'anneaux assez douces, ont permis de lancer très loin, et donc de rallumer le moteur plus tôt dans la dérive, avant d'être sur la zone de tenue des poissons : en lançant plus loin, on était plus discrets et on ne passait pas au moteur sur les bars. Le rodbuilding permet aussi d'obtenir des cannes super light, et ça, ça fait clairement la différence, et encore plus dans les mains d'un enfant de 12 ans. Mais l'élément le plus important, c'est la résonance des blanks qu'on a utilisés. Le vent, à parfois plus de 25 nds, rendait impossible de tendre la tresse à la descente du leurre, mais on ressentait quand même les touches, bannière détendue. Ces petites qualités supplémentaires permettent de faire quelques touches en plus et c'est ça qui fait la différence !

Martin V.

Martin, à quoi pense-t'on quand ont fini 13e sur 111 équipes lors d'une telle compétition avec son frère ?

Nous n'avions pas vraiment d'objectif de résultats pour ce week-end, compte tenu du nombre de bateaux et du fait que c'était notre première expérience en compétition. On s'était dit que notre week-end serait réussi si on faisait mesurer au moins 1 poisson par jour. Au final, on s'en sort beaucoup mieux que la plupart des équipes, avec 4 poissons maillés par jour, alors on ne peut qu'être contents de notre classement. Comme je l'ai dit au début, ça a été génial de pouvoir montrer qu'une très jeune équipe pouvait se mesurer à de très bons pêcheurs et pouvait scorer. Je suis super fier de mon frère Maël, qui a été concentré à 100 % tout le week-end, qui était au taquet à l'épuisette et qui rentre 3 des 8 poissons maillés, dont le plus gros !!

Martin V.

C'est quoi la suite, 1er sur l'open l'année prochaine ? Des projets rodbuilding en commun ?

On a beaucoup de temps devant nous et beaucoup d'expériences à accumuler pour espérer une telle place un jour, mais moi comme mon frère, on vous assure que c'est un rêve ! En-tout-cas, on sera présents l'année prochaine, chauds pour faire aussi bien que cet Open des Glénan 2022 ! Pour ce qui est des projets Rodbuilding, il faut que je me penche, pour mon frère, sur le montage d'une canne plus light que sa 766. Pour moi, je lorgne déjà beaucoup sur le nouveau Statement 722, pour pêcher très fin au slug, quand les conditions le demandent, comme c'est souvent le cas aux Glénan !

Martin V.

Merci à vous d'avoir pris le temps de répondre à nos questions, on a hâte de vous retrouver l'an prochain sur l'Open, en attendant on vous souhaite un bel été de pêche de et de rodbuilding en famille ✌️

En lire plus

L'épine du blank : l'identifier et la comprendre
Salmo Trek :  Une compétition randonnée/pêche avec de Kevin & Stella

Laisser un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés.

Ce site est protégé par reCAPTCHA, et la Politique de confidentialité et les Conditions d'utilisation de Google s'appliquent.